L’histoire des deux cailloux


Il y avait une fois  dans un village un fermier sans le sou qui devait rembourser une  importante somme d’argent à un vieil homme très laid. Comme le fermier avait une fort  jolie fille qui plaisait beaucoup au vieux prêteur, ce dernier proposa un  marché. Il dit qu’il  effacerait la dette du fermier s’il pouvait se marier avec la jeune  fille.

Le  fermier et sa fille furent tous deux horrifiés par cette proposition.

Alors  le vieux prêteur rusé suggéra que le hasard déterminerait l’issue de la  proposition. Il  leur dit qu’il mettrait un caillou blanc et un caillou noir dans un  sac  vide, et que la fille aurait à puiser, à l’aveuglette, un des  deux cailloux du sac.

1) Si elle puise le  caillou noir, elle devient son épouse et la dette de son  père est effacée.
2) Si elle puise le caillou blanc, elle n’a pas à l’épouser et la dette du père est  également annulée.
3) Si elle refuse de puiser un caillou, son père sera jeté en  prison.

Cette discussion  avait lieu sur le chemin devant la maison du fermier, et le sol était  jonché de cailloux. Tout en continuant de parler, le vieux monsieur laid  se pencha pour ramasser les deux cailloux.

Quand  il les ramassait, la jeune fille, qui avait l’oeil vif, remarqua qu’il  avait ramassé deux cailloux noirs et qu’il les avait mis dans le sac. Mais  elle ne dit rien. Puis le vieux prêteur demanda à la jeune fille de puiser un caillou dans le sac.

– Imaginez un instant ce que vous auriez fait si vous aviez été là ?  Qu’auriez-vous conseillé à la jeune fille de faire ?

Si on analyse bien,  il y a 3 possibilités :

1) La fille devrait refuser de puiser un caillou.
2) La fille devrait sortir les deux cailloux noirs du sac, montrant que le  vieux a  triché.
3) La fille devrait puiser le caillou noir et se sacrifier en se mariant avec le vieux  pour épargner  l’emprisonnement à son père.

Prenez un moment  pour réfléchir à cette situation.

Cette  histoire a pour but de vous faire apprécier la différence entre la pensée  logique et la pensée dite « latérale ».

Le  dilemme de la jeune fille ne peut pas être résolu de façon équitable par  la pensée logique traditionnelle. Pensez aux conséquences de chacune des  trois options possibles.

Alors,  qu’auriez-vous fait ? Bien, voici ce que fit la jeune fille  :

Elle puisa dans le  sac et en sortit un caillou qu’elle laissa tomber aussitôt gauchement par terre, sans qu’on ait pu voir sa couleur, et il se confondit immédiatement  avec la multitude des autres cailloux sur le  sol.

Ah ! ce que je peux  être maladroite, s’exclama la jeune fille. Mais  qu’importe, si je sors du sac le caillou qui reste, on verra bien lequel  j’avais puisé en premier !

Puisque le caillou  restant était noir, le premier caillou puisé ne pouvait qu’être blanc. Et  comme le vieux prêteur n’osa pas avouer sa malhonnêteté, la jeune fille transforma une situation qui semblait impossible en un dénouement fort  avantageux. Très intelligente et rusée la fille !

La morale de cette  histoire :

Il existe une solution pour la  plupart des problèmes complexes.
il suffit de  regarder les choses sous le bon angle.

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :