Philippe Mahoux plaide pour un «droit à l’oubli» !


Les moteurs de recherche, les réseaux sociaux sur Internet peuvent s’avérer très utiles. Facebook compte aujourd’hui plus de 500 millions utilisateurs dans le monde. Twitter plus de 100 millions. Ces outils permettent une circulation de l’information facilitée et rapide.

Mais ces réseaux sociaux, ces moteurs de recherche posent également la question du respect de la vie privée. Des travailleurs ont été licenciés car leur employeur a obtenu des informations via ces réseaux sociaux. Un adolescent s’est suicidé à cause d’une mauvaise «e-réputation» créée par un groupe d’«amis». Lorsqu’un utilisateur «supprime» son compte Facebook, ses données sont malgré tout conservées. Où ? Pourquoi faire ?

Sans parler de la publicité ciblée, en fonction notamment de votre localisation…

Philippe Mahoux veut ouvrir le débat sur l’impact de l’informatique dans la vie privée. Notamment pour ce qui concerne le droit à l’oubli, à l’instar de ce qui s’est fait en France avec la signature d’une charte du même nom.

Philippe Mahoux plaide pour le droit à l’oubli, à savoir pour le droit de pouvoir effacer des données répertoriées sur Internet, pour permettre à l’Internaute de garder la maîtrise des données personnelles qu’il a publiées sur Internet.

Plusieurs voies sont envisageables: la signature d’une charte mais on connaît la relative efficacité de l’autorégulation, le vote d’une loi mais Internet dépasse largement les frontières nationales,…

Pour Philippe Mahoux, Internet, en dépit de son grand intérêt, fragilise, si l’on n’y prend garde, le respect de la vie privée. «Je veux réunir les acteurs concernés pour parler de l’oubli numérique et de la protection des données personnelles» explique le sénateur socialiste.

«Grâce aux moteurs de recherche, tout est fiché, figé. Ceux qui contrôlent le stockage de toutes ces données peuvent en faire n’importe quoi ou à peu près.C’est évidemment très problématique!Facebook et Google, pour ne prendre que ces deux exemples, sont des outils à double-tranchant » continue-t-il.

Philippe Mahoux souhaite mettre sur pied un groupe de travail «Informatique et libertés» pour trouver des solutions légales appropriées. Il s’agit en effet d’informer le public, de conscientiser les utilisateurs en général, les jeunes en particulier. Ces nouveaux outils nécessitent de bien les connaître pour les utiliser au mieux.

Étiquettes : , ,

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :