Archive for novembre 2010

Hommage à Hervé Broquet, qui fut mon professeur de droit européen

11 novembre 2010

Enseignant de talent, pédagogue de la citoyenneté, auteur de nombreux livres, Hervé Broquet est décédé à l’âge de 49 ans. Il a été incinéré ce samedi 6 novembre 2010.

Un grand pédagogue du civisme

Christian Laporte
Mis en ligne le 06/11/2010

Hervé Broquet milita jusqu’au bout pour l’éducation à la citoyenneté.

Lors de la dernière cérémonie de remise des prix Condorcet-Aron, voici quelques semaines, Hervé Broquet (décédé mardi, à 49 ans) était déjà très affaibli par le mal implacable qui s’apprêtait à prendre définitivement le dessus, mais il n’aurait pour rien au monde voulu rater cette fête de la démocratie et de la citoyenneté active dont il fut l’infatigable promoteur. Son combat contre la maladie n’eut en fait d’égal que ses engagements divers en faveur d’une citoyenneté active, toujours sur le qui-vive pour faire émerger les lumières de la démocratie et ainsi venir à bout des forces politiques extrémistes et intégristes les plus ténébreuses.

Politologue de formation (Science Po, droit international et diplômé des HEC), Hervé Broquet était membre de l’Association belge de sciences politiques et chargé d’enseignement à l’Ecole royale militaire, où il donnait un cours d’éducation à la citoyenneté.

Mais l’œuvre de sa vie fut sans conteste le Crep, le Centre de recherches et d’études politiques, une institution indépendante créée en 1993 dont les objectifs n’ont jamais bougé d’un iota : « contribuer à développer une véritable pédagogie de la citoyenneté, lutter contre l’extrême droite et plus généralement réaffirmer les principes de base de la société démocratique ».

Directeur du Crep, il le fit connaître par ses publications et ses animations, mais aussi par les prix Condorcet-Aron, destinés à mettre en exergue les associations, militants de terrain et personnalités engagées dans la promotion de la démocratie. Remis solennellement depuis 2003 d’abord au Parlement wallon puis au Parlement francophone, ces prix étaient devenus de véritables baromètres de la démocratie. Ce n’est certainement pas un hasard si, parmi ses tout récents lauréats, figura Liu Xiaobo, le nouveau prix Nobel de la paix, honoré chez nous quelques semaines avant la décision d’Oslo. Hervé Broquet avait une âme de poète, mais fut aussi l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’éducation à la démocratie. Il y a deux ans, il fut un des auteurs des incontournables « Cent Discours du XXe siècle » (chez André Versaille). Un vrai démocrate s’en est allé

Ses funérailles auront lieu ce samedi 6 novembre à 8h30 au crematorium d’Uccle.

Source : http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/621553/un-grand-pedagogue-du-civisme.html

Détention préventive : à revoir

6 novembre 2010

Me Réginald de Beco plaide pour une réforme en profondeur de la matière. Et pour une refonte du rôle du juge d’instruction. Un projet ambitieux.

Il l’avait dit devant la Commission Justice du Sénat, il vient de l’écrire dans le « Journal des tribunaux » : Me Reginald de Beco, avocat pénaliste de renom, président de la commission des prisons de la Ligue des droits de l’homme et de la commission de surveillance de la prison de Forest, plaide pour une réforme de la loi relative à la détention préventive.

Me de Beco part du principe que la loi actuelle est en quelque sorte détournée de son objet. Elle dit que la délivrance d’un mandat d’arrêt « ne peut être prise dans le but d’exercer un moyen de contrainte ».

Or, écrit Me de Beco, « tout avocat pénaliste vous dira qu’une libération provisoire ne peut être sérieusement envisagée que lorsque son client passe aux aveux ».

La loi précise encore que la détention préventive ne peut être une répression immédiate. Or, de nombreux juges d’instruction utilisent la détention préventive comme une sorte de prépeine, prenant prétexte du fait que les juridictions de jugement sont tellement encombrées que le suspect inculpé mais laissé en liberté risque de ne comparaître devant son juge que des mois après son inculpation. Quant au « risque de récidive », il s’agit, écrit Me de Beco, « d’une motivation stéréotypée de la plupart des mandats d’arrêt et des décisions de maintien en détention prises par les juridictions d’instruction ».

(more…)


%d blogueurs aiment cette page :